AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
JBL LIVE 300TWS – Écouteurs intra-auriculaires sans fil
105 € 149 €
Voir le deal

Partagez
 

 in the shallows (gale-ia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ezio Leather
Ezio Leather
+ avatar : Alex Libby
+ métier/études : Artiste glandeur
+ habitation : Là où les autres profiteurs comme lui n'pourrissent pas le sable de leurs pas putrides

+ bouteilles à la mer : 16

in the shallows (gale-ia) Empty
MessageSujet: in the shallows (gale-ia)   in the shallows (gale-ia) EmptySam 10 Mai - 3:09

Le pipette entre les lèvres, les rêves enterrés et la fêlure omniprésente, le vivant jure dans ce lieu de damnation. Spectre. Murmure d'un passé disloqué. Le souvenir, les souvenirs de ce jour funeste. Relent acide. Ca pique, ça creuse. Mutilation silencieuse, une blessure qui ne se repose jamais réellement. Son majeur se dresse pour les étoiles, il les emmerde et si lui, là-haut, de son perchoir le regarde, il l'emmerde lui aussi. Lui qui a décidé de partir comme un grand, lui qui l'a incité à venir se perdre dans cette île à vivre une autre vie. « Enfoiré » L'homme parle aux spectres, l'homme se parle peut-être aussi à lui-même. Le frémissement des feuilles attirent son attention biaisée par les effets de sa pipette gorgée de nature ; celle qui fait traverser les couches de conscience, les siennes en l’occurrence. L'endroit glauque prend soudain des allures de stand de fête foraine alors que sa main se pare d'une pierre. L'oeil vise, l'oeil essaie de verrouiller sa cible. « BOOYAH » Cri qui précède le premier jet. Touché ? Coulé ? Ezio s'enfout, Ezio s'en branle. Une seconde pierre parcourt le ciel après avoir flirter avec ses mains. Frémissement de feuilles à nouveau. Ezio se redresse, les globes oculaires déjà habitués à la pénombre du lieu. « Je t'ai touché ou pas ? … Bon … soit je t'ai touché et t'es dans les vapes, soit tu veux pas me causer. Alors, on va jouer : je te trouve, tu me dois quelque chose. Tu me trouve, je te dois quelque chose » Dans les brumes de son délire psychédélique, Ezio ne sait pas : être humain ? Spectre ? Animal ? Délire ? Mais l'idée lui semble amusante alors il bouge son cul et se fond dans la bouche béante de la nuit. Ca sera toujours mieux que de jouer au cadavre sur une tombe qui ne lui appartient pas.

-----------
Demain nous courrons plus vite, nos bras s’étendront plus loin... C’est ainsi que nous avançons, barques luttant contre un courant qui nous rejette sans cesse vers le passé.
Gaïa Azul
Gaïa Azul
+ avatar : C. Russo
+ métier/études : Je te vends ce que je veux. Des légumes.
+ bouteilles à la mer : 201

in the shallows (gale-ia) Empty
MessageSujet: Re: in the shallows (gale-ia)   in the shallows (gale-ia) EmptySam 10 Mai - 13:07





"Somwhow I can't forget
You picked my feet off the ground
You pushed my face and I nearly drown
What did that teach me?"

Le vent qui souffle l’importe peu, elle  y est habituée, Gaïa, elle se laisse cajoler. Il l’entoure, la compresse, la prend dans ses bras invisibles, l’étreint, une vraie caresse. Ses cheveux sont en révolte, ils la détestent. Ils s’élancent dans le vide puis reviennent, s’souviennent de sa tête. Gaïa, elle frappe du bout d’ses claquettes les pierres salopes qui se dressent sur son chemin, le sourire toujours aux lèvres, les traits tirés, elle a ce rictus joyeux qui lui file des airs niais. Puis, il y a une raison derrière tout ça : l’amour, la mort. Mamie. Elle voit son visage, parfois, caché derrière des pierres, elle l’entend, l’appeler, parfois.  Elle court et, rien. Elle épelle son prénom et, le souffle sur les fenêtres, des prières obsolètes. Gaïa, elle y pense tous les jours à sa mamie. A son amie. Sa presque mère. Sa grand-mère. Voyez, presque. Elle a un bouquet d’fleur improvisé qui lui bouffe les bras. Des Tulipes et des couleurs qui lui refilent envie de rêver. Arrachées, volées ? Les voisines ne sauront pas. Les fleurs c’est à tout l’monde. Pis, sérieux, quoi, rendons à la nature ce qui lui revient d’droit. Elle accélère le pas, sur elle, les ombres se resserrent. Gaïa, quelques clignements de paupières et, elle y est. Genoux flirtant avec la terre. Terre flirtant avec la terre. « J’ai failli ne pas venir » - le ciel a cette couleur encre qui se déverse sur les objets. Les ténèbres font peur. « Tu m’as manqué depuis la dernière fois » - murmure, elle l’imagine, peut-être même qu’elle la voit, là. Assise sur la sépulture à lui faire des « coucou ». Les minutes éphémères s’éloignent, furtives et impulsives, elles se font la malle. Bam. Bam. Il est déjà l’heure. De quoi ? De partir. Elle se redresse, autour, à part les tombes, que des buissons. Les pas s’esquissent, automatismes, dextres et rapides. Inspiration. Paf. Crack. Aïe. Gaïa porte une main à son front. Une bosse. « C’est quoi cette merde ? » crache-t-elle, le regard embrassant les environs sans rien noter. Putain. Deuxième missile, sur son épaule. Fais chier. Menaçante, ses poings se serrent. Une voix d’homme s’élève à  travers les fourrés. Un défi ou le délire de l’homme des cavernes qui chasse à la pierre ? Ce qui fait d’elle quoi ? La proie ? Elle se mord la lèvre inférieure. Dans quelle merde elle vient d’se plonger. Les pas accélèrent. Elle a bien fait, finalement, d’embarquer dans la poche d’son short ras l’coquillage, ce spray au poivre. « VA TE FAIRE FOUTRE » - lance-t-elle, tournant la tête sur le côté, décidant de se planquer derrière un arbre. Pas de meilleure idée. Pas de stratégie en rade. C’pas dans ses habitudes de se faire agresser à jet d’pierre. Pas dans ses habitudes de se laisser faire. Elle reste tapie jusqu’à ce que… « Prends-toi ça connard, pour ta manière d’viser comme une lopette ». Le pshiiiiiii(…)tttt résonne. Non mais, dans quel monde on vit ?

-----------

baby we both know that
the nights were mainly made for saying
things that you can't say tomorrow day

Ezio Leather
Ezio Leather
+ avatar : Alex Libby
+ métier/études : Artiste glandeur
+ habitation : Là où les autres profiteurs comme lui n'pourrissent pas le sable de leurs pas putrides

+ bouteilles à la mer : 16

in the shallows (gale-ia) Empty
MessageSujet: Re: in the shallows (gale-ia)   in the shallows (gale-ia) EmptyVen 16 Mai - 9:14


Le vent apporte le murmure d'une voix entre les bruissements des feuilles. Féminine la voix. Hallucintation ? Matérialisation du vent ? Les questions se posent mais il avance, Ezio, le pas qui tangue comme sur une mer agitée. Ezio prend les airs de Jack Torrance dans un remake de Shinning version exotique, version tropicale. « J't'entends » Un rire s'éclate à la face la lune montante. Va te faire foutre. Des mots chantants, une vulgarité dansante dans les airs « J'irais … avec toi » Une connerie chantante en toute réponse. Une peau se reflète dans les rayons lunaires, un indice, une piste à suivre. Il s'y rend Ezio, curiosité et débilité en même temps réunies dans le même corps. Il suit le vent, suit le feeling, suit les bruits sans se demander quelle sera l'issue. Il y va bête comme un clébard, perdu dans son propre délire qui ne fait clairement rire que lui. « Trou.... » vée. L'esprit malin lui saute au visage, brandissant un truc qui crache une nuée en plein sur son … torse ? « C'est qui vise comme une lopette maintenant ? » Sauf que le vent tourne, arrête de se poser le cul aux côtés d'Ezio, il se met contre lui. « Qu'est-qu.... KOF KOF KOOOOOOOF » Quinte de toux et gorge qui pique. Il s'étouffe, un fou rire qui le prend ou bien la nuée nocive qu'il s'est pris dans la gueule, un peu plus l'un que l'autre ou les deux en même temps. « Co … KOF KOF » Sa main trouve quelque chose pour s'agripper. Des cheveux ? C'est peut-être des cheveux ou des feuillages, peu importe, sa main s'y greffe pour baiser la gravité « ...nasse … KOF KOF ! » Entre deux crises de toux, ses yeux révulsés se posent sur le/la coupable. « Toi » Gaïa. Plutôt Gale-ïa. La chieuse aux fruits. La tarée qui assaisonne. La gravité aussi se retourne contre lui. Perte d'équilibre, il embrasse le sol mais rancunier, il emporte la blonde avec lui. Sa main maintient l'arme contre la terre, histoire qu'il se ramasse pas une autre volée en pleine gueule puis il se vide les poumons. Pluie de postillons. Mieux que la pluie car une haleine pleine de bière, c'est mieux que la brise douce d'une averse. Son coude s'enfonce dans son ventre ? En tout cas quelque part dans son corps et ça lui suffit « KOF KOF ... Par ... KOF KOF ... Don. Oups » Excuses d'hypocrite  

-----------
Demain nous courrons plus vite, nos bras s’étendront plus loin... C’est ainsi que nous avançons, barques luttant contre un courant qui nous rejette sans cesse vers le passé.

Contenu sponsorisé

in the shallows (gale-ia) Empty
MessageSujet: Re: in the shallows (gale-ia)   in the shallows (gale-ia) Empty

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONASSIS :: RPG - les alentours :: le cimetière-