AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -9%
-100€ sur les MacBook Air 13’’ 256Go
Voir le deal
1029 €

Partagez
 

 (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neoliàn O'Guinness
Neoliàn O'Guinness
+ avatar : nicolas simoes.
+ métier/études : gardien du phare, écrivain dans l'âme, les nuits perdues à broyer l'océan noir.
+ habitation : dans une petite maisonnette, près du phare, un peu isolée.

+ bouteilles à la mer : 52

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyMer 7 Mai - 15:19

i wait, i wait for the sun
but i can't forget that night, that place, our secret and your face


Le phare est plongé dans la pénombre. L'océan aussi. Y a plus rien d'allumé si tard, sinon les lanternes dans tes yeux. Tu fixes le mur en face de toi, seulement éclairé par la lumière de la lune. Elle brille fort, ce soir. Tu n'sais pas vraiment en fait, parce que t'as pas encore mis ton nez dehors. T'as passé la journée ici. Enfermé, dans ce phare qui t'est si cher. Que tu surveilles, que tu protèges. Puis la nuit est tombé, comme un coup de soleil. D'un seul coup, c'était trop tard pour courir après le jour, et c'était tout. Mais toi, ça n'te dérange pas la nuit. T'adores ça, même. La nuit, la pluie. Tout ce que les gens n'aiment pas vraiment, normalement. Dans la quiétude – pour ne pas dire l'écrasant silence – tu n'peux pas vraiment ne pas l'entendre. Les pas franchissent la porte en bas. Toi, t'es à l'étage, t'es dans la petite pièce tout en haut. Tu écartes ton carnet, caches ton stylo, et attends simplement que l'intrus se montre. Même si t'as déjà une assez bonne idée de qui vient s'aventurer ici en pleine nuit. Y a pas trente-six milles solutions, et même si c'était le cas, parmi toutes, ta solution préférée s'appelle Mo.

-----------
Mo Ramos
Mo Ramos
+ avatar : higginson
+ métier/études : mo le vagabond. mo le rêveur, l'intrépide, le fauché qui cherche, cherche, cherche, la moindre personne qui voudra bien l'embaucher (trouvé).
+ habitation : il s'est acheté une tente. il dort sur la plage, en attendant d'avoir mieux (et d'avoir les sous pour ça), en priant pour ne pas se faire faucher par la police. (parait que c'est illégal)

+ bouteilles à la mer : 424

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyMer 7 Mai - 16:03

Depuis qu'il lui est tombé dessus Mo, il a jamais décroché. Oh, il en a vu des gens, des inconnus, ses connaissances d'ici. A chaque fois pourtant, il finissait par squatter la bulle de Neo. Aujourd'hui non. Pas de Neo en vue. C'est pas la première fois que la journée est vide sans lui. Pas la première fois non plus que Mo se dit merde, j'y vais, je vais le tirer de son lit. Ouais, même à minuit. Même sous la pluie, s'il le faut. Cette nuit, il fait beau. On voit la lune, les étoiles, son ombre qui se détache sur le sol, à mesure qu'il s'approche de la haute silhouette du phare. Et le chien, qu'il laisse grimper avec lui sans trop savoir si Neo va apprécier. Tant pis. Mo n'attend aucune invitation pour rentrer. Et une fois arrivé en haut, il a l'impression de crever. D'avoir littéralement monté douze mille marches en cinq minutes, pour en arriver là, devant cette porte. Il frappe brièvement, il pousse le battant. Tout ça pour voir que Neo finalement, il l'attend. « Merde. J'espérais te surprendre, j'vois que c'est encore raté. » Ouais, déjà la dernière fois, ça n'avait pas marché. « Tant pis, la prochaine fois. » Neo gribouille dans son carnet, sans surprise. Et Mo lui, il s'affale dans le noir à côté de l'ami. Dans le noir. C'est apaisant. Il est content qu'il n'ait rien allumé, le brun. Et puis, y'en a pas besoin. Il arrive quand même à le voir, ses traits taillés à la serpe sous le clair de lune. Mo pose le sac à côté de lui. « T'es pas sorti aujourd'hui. » C'est même pas une question, juste une constatation.

-----------
la léthargie des jours nouveaux.
Neoliàn O'Guinness
Neoliàn O'Guinness
+ avatar : nicolas simoes.
+ métier/études : gardien du phare, écrivain dans l'âme, les nuits perdues à broyer l'océan noir.
+ habitation : dans une petite maisonnette, près du phare, un peu isolée.

+ bouteilles à la mer : 52

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyMer 7 Mai - 19:08

Minuit ou midi, aucune importance. Pour toi, y a pas d'heure quand il s'agit de Mo. Mais le véritable indice, c'est Kenny. C'est lui qui remue la queue le premier quand il entend du bruit en bas. D'ailleurs, avant même d'entendre les pas, t'entends des pattes de chien agité qui grimpe les escaliers. Il arrive avant son maître – normal en même temps, ils sont terribles, ces escaliers. Tu caresses la tête de son clebs, ils s'entendent parfaitement bien avec Kenny, eux aussi ils se connaissent depuis longtemps. Mais celui que tu veux voir, c'est Mo avant-tout, et tu laisses les chiens entre eux. Ses mots te font sourire. Il n'a besoin de rien pour t'arracher un sourire de toute façon. C'est un pouvoir assez dingue. « un jour, tu te lasseras. » fais-tu avec une mine amusée – au fond, tu le penses : peut-être qu'un jour il en aura marre de grimper ici, de venir te chercher, de te voir, de passer du temps avec toi. Tu n'te lèves pas. Tu regardes son visage, éclairé par le halo de la lune. C'est lui qui te rejoint, qui s'assoit à côté de toi. Tu déposes le carnet par terre, tu sais qu'il ne le lira pas de toute façon, qu'il respecte ça, parce que toi c'est pareil, tu respecterais n'importe quoi chez lui. T'hausses légèrement les épaules. Tu nies pas. Non, t'es pas sorti, aujourd'hui. Tu t'redresses légèrement. Cherches son regard dans la pénombre ambiante, tâtant des yeux le clair-obscur de son visage. « tu voulais aller quelque part ? » Pas dans la journée, là tout de suite maintenant. Maintenant que l'île est endormie, maintenant qu'on est tranquille toi et moi, Mo. Tu veux qu'on s'enfuit, loin d'ici, tu veux qu'on fasse comme si on avait dix ans, comme si on était libres, comme si on était éternels ?

-----------
Mo Ramos
Mo Ramos
+ avatar : higginson
+ métier/études : mo le vagabond. mo le rêveur, l'intrépide, le fauché qui cherche, cherche, cherche, la moindre personne qui voudra bien l'embaucher (trouvé).
+ habitation : il s'est acheté une tente. il dort sur la plage, en attendant d'avoir mieux (et d'avoir les sous pour ça), en priant pour ne pas se faire faucher par la police. (parait que c'est illégal)

+ bouteilles à la mer : 424

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyMer 7 Mai - 20:28

Un court instant, Mo capte le chien de Neo. Les mêmes yeux de glace, cette même force qui émane du chien comme du maître. Et l'irlandais lâche les mots qu'il ne fallait pas. Mo fronce les sourcils, spontanément. Et puis il rit. « Dis pas ça. Ça n'arrivera pas. » Non, il sait bien que ça n'arrivera pas. Parce que le jour où ça arrivera, ça voudra forcément dire que quelque chose aura ruiné l'édifice. Quelqu'un aura marché dessus. Quelqu'un l'aura piétiné sans considération. Et cette personne, ce ne sera pas Mo. « La prochaine fois tu dormiras. J'aurai la satisfaction de te réveiller... je sais pas encore comment. Tu verras bien. Sur l'moment. » Neo, il a les yeux qui rient. Un peu involontairement sûrement. Contact oculaire. Un simple regard, de rien du tout. Vraiment rien, mais c'est assez pour le secouer. Comme d'habitude. Oui, c'était simplement pour lui dire qu'écoute bien, t'es prévenu. Ou alors, il restera là, à attendre qu'il se réveille. Sans s'ennuyer plus que s'il avait été seul sur sa plage. Sûrement moins d'ailleurs. Tu te débarrasseras pas de moi comme ça, Neo. Le carnet finit au sol, à leurs pieds. Ses yeux suivent le carnet, puis s'en détournent. Il n'a pas envie de lire Neo. Il a envie de lire en lui. De l'emmener, le sortir de là, comme le Prince sortirait Raiponce de sa tour. Allez savoir qui est qui, des deux. Au tour de Mo d'hausser les épaules. Ses doigts effleurent brièvement sa joue, froissent sa barbe de quelques jours. « Aller t'acheter un rasoir, oui. » Rire qui transperce le silence. Une flèche dans un gâteau au chocolat. « On peut prendre l'air. Toi surtout. J'vais bientôt plus t'voir, tu vas devenir transparent ; ce serait dommage. » Mo a amené du renfort. Une bouteille de vin rescapée de la dernière soirée à la plage. Ça reste tu pour le moment. Pour le moment. Mo se lève. « Debout, l'ectoplasme »

-----------
la léthargie des jours nouveaux.
Neoliàn O'Guinness
Neoliàn O'Guinness
+ avatar : nicolas simoes.
+ métier/études : gardien du phare, écrivain dans l'âme, les nuits perdues à broyer l'océan noir.
+ habitation : dans une petite maisonnette, près du phare, un peu isolée.

+ bouteilles à la mer : 52

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyMer 7 Mai - 20:56

Comme il sait que ça n'arrivera pas ? Parfois, t'as l'air de te faire des illusions, d'être qu'un abruti de rêveur. D'autres fois, t'es plus fataliste. Tu hausses les épaules. Ils se sont tous lassés de moi, tu comprends Mo ? Maman, Papa, l'océan. Alors pourquoi pas toi ? Tu décides de penser à autre chose. Fixes tes yeux sur les mains de Mo. Elles t'ont toujours semblé douces, tu sais pas trop pourquoi. Pourtant tu n'crois jamais les avoir vraiment touchées. Bon, pourquoi tu penses à ça, là ? Tu te mets à rire aussi. Mo tout ce qu'il fait, avec toi, c'est pire qu'une épidémie. « t'sais, j'ai déjà hâte de voir. » T'espères que ça arrivera vite, alors. Tu penches la tête sur le côté, essaies d'intercepter un rayon de lune. Mais c'est la main de Mo qui effleure ton menton qui te fait sursauter. Tu tressailles de tout ton long, le regardes. Tu souris, lâches même un rire, pour cacher le trouble que ça t'a causé. Tu fronces les sourcils, fais mine d'être vexé, lèves les yeux au ciel – au ciel de pierre. « bah quoi, elle te plait pas ma barbe de trois jours ? » fais-tu d'un ton faussement blessé. Avant de lui lancer un clin d'oeil amusé. T'es pas capable de le faire marcher trop longtemps, Mo. Transparent ? Et si tu l'étais déjà ? Tu n'réponds pas, parce que ça te cause des questions sans réponses dans la tête. Debout, soldat. T'es déjà levé, les chiens s'agitent, et tes pensées aussi. Tu lances un sourire pastel à Mo, en lui donnant une tape sur l'épaule. « alors prends-la, on va la boire au bord de l'océan, sur la jetée. allez les clebs, on y go ! » lances-tu, et il ne leur en faut pas plus pour dévaler les escaliers. En riant, comme un enfant – tu rajeunis avec la nuit – tu les suis, et arrives rapidement dehors, essoufflé, mais le coeur léger. T'attends Mo, et tu sais pas trop pourquoi, ton premier réflexe quand il te rejoint, c'est d'lui prendre la main. Tu fronces les sourcils, te reprend de suite, et puis la lâches, prétextant la passer dans ta tignasse noire à la place. Tu lèves la tête. C'est la pleine lune, c'est pour ça qu'elle brille si fort. « il est quelle heure, au fait ? » On s'en fiche, mais c'est juste pour bousculer le silence. T'as jamais de montre au poignet, le temps ne veut rien dire pour toi.

-----------
Mo Ramos
Mo Ramos
+ avatar : higginson
+ métier/études : mo le vagabond. mo le rêveur, l'intrépide, le fauché qui cherche, cherche, cherche, la moindre personne qui voudra bien l'embaucher (trouvé).
+ habitation : il s'est acheté une tente. il dort sur la plage, en attendant d'avoir mieux (et d'avoir les sous pour ça), en priant pour ne pas se faire faucher par la police. (parait que c'est illégal)

+ bouteilles à la mer : 424

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyMer 7 Mai - 22:13

Comment il a fait. Comment il a fait ! Mo, il a les yeux ronds comme des soucoupes d'un coup. Mais Neo voit rien non. Il dévale déjà l'escalier, en riant. Un rire qui s'envole dans la nuit, dans l'obscurité de l'escalier. Étroit, casse gueule. Comme cette putain de soirée. Ouais, il se sent déjà flancher Mo. « Neo, Neo, comment t'as fait » il souffle, trop bas pour atteindre les oreilles de l'autre. L'autre, il est déjà en bas, à l'attendre, à l’atteindre. Comment il a su. C'est tout ce à quoi il pense en descendant à son tour, derrière l'irlandais, à la poursuite des aboiements de chiens. Ces imbéciles de clebs, imbéciles, mais heureux. Avec sa main dans la sienne pour le cueillir à l'atterrissage, comme un oubli, une envie déraisonnable qu'on a laissé s'exprimer pendant un instant hors de contrôle. Mo, il serre les doigts une fraction de seconde, et puis elle n'est plus là sa main. Déjà. Ya pas de vent pour porter ses paroles. On dirait que sa voix meurt avant d'arriver à destination, dans cette immobilité totale. « Neo, comment t'as fait. Tu lis dans mes pensées, déjà ? » Ouais, déjà. Et Mo se marre, encore essoufflé de lui avoir couru après. Faut qu'il arrête de le faire courir, Neo. « J't'ai jamais parlé de ma bouteille mec. T'es télépathe et tu me l'as jamais dit ? » Fallait pas être devin pour savoir que Mo allait se ramener avec quelque chose. Mais quand même. Pour le coup, Mo, ça le laisse sur le cul. « Bon. Viens, on va la boire sur la jetée ouais. Comme tu dis. » Mo secoue la tête, encore abasourdi. Neo, t'arrêteras pas de me surprendre, pourquoi, comment, ouais, comment. Toujours cette question. Mo, il s'arrête et fait semblant de regarder l'heure dans les étoiles. La vérité ? Il survivrait pas une nuit dans un désert s'il devait se guider avec les étoiles. Et de toute façon, elles servent pas à lire l'heure. Crétin. Il en sait foutrement rien lui, de l'heure qu'il est. « Aucune idée. C'est important ? » Et il lui sourit, avec ses lèvres, avec ses yeux. Avec son cœur. Réfléchis Neo. Dans le fond on s'en fout de l'heure qu'il est. Le plus grave, c'est que les minutes ne seront jamais assez longues pour toi et moi. Le sac tombe de l'épaule, et Mo finit par brandir la fameuse bouteille sous le nez du brun, comme un trophée rudement gagné. « Tadam. A toi l'honneur »

-----------
la léthargie des jours nouveaux.


Dernière édition par Mo Ramos le Mer 7 Mai - 22:57, édité 1 fois
Neoliàn O'Guinness
Neoliàn O'Guinness
+ avatar : nicolas simoes.
+ métier/études : gardien du phare, écrivain dans l'âme, les nuits perdues à broyer l'océan noir.
+ habitation : dans une petite maisonnette, près du phare, un peu isolée.

+ bouteilles à la mer : 52

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyMer 7 Mai - 22:56

Tu l'entends. Courir, rire, souffler. Tant de choses à la fois. Mais tu l'entends, c'est déjà ça. Il fait parti de ceux dont t'oublierais jamais la voix. Tu te tournes vers lui. Tu prends un air mystérieux, celui qu'on voit chez les héros des grands livres. Tu prends le regard lointain d'Hamlet, tu prends les faux airs de Lafayette. « voyons, mo, j'te connais trop. » Et c'est vrai, n'est-ce pas ? Tu le connais mieux qu'toi, Mo. Alors tu continues de marcher avec lui, de courir parfois. Y a les chiens qui gambadent autour, ça donne un effet marrant, on entend leurs jappements dans la nuit, et vos rires, mon dieu ces rires. Des rires de gosses. T'as envie de faire plein de trucs cons, ce soir, cette nuit, avec lui. Des choses stupides, des choses sans importance. De le pousser à l'eau, de boire toute sa bouteille, de faire un bouquet de pissenlits, de faire des ricochets, de l'embrasser. On va rester sur les ricochets. T'attrapes une pierre – à peu près ronde – et la lance dans la mer. Les vagues brisent tout projet de vol, mais c'est beau, tu te sens libre, comme si t'avais de nouveau douze ans, et pas encore une mère malade. Il ouvre sa bouteille, te la donne. Tu lui lances un sourire étincelle. « à la notre. » Parce que cette nuit, y a que ça qui compte. N'est-ce pas, Mo ? Cette nuit, y a que toi et moi. Et la lune, et les étoiles. Et les chiens, mais eux ils n'savent pas, eux ils n'iront rien dire. Tu bois une grande gorgée, en fait un peu couler sur ton menton, tu rigoles, tu fais le pitre. « tiens, à toi. » Tu la lui tends, l'observes un instant, un peu trop longtemps peut-être. Tes pieds s'enfoncent dans le sable, t'façon t'as jamais de chaussures, t'es toujours pieds nus, c'est pas important ça non plus, c'est comme l'heure. On s'en fout, on a toute la nuit devant nous, on va prier pour que le soleil se lève plus tard. Prier pour qu'il ne se lève plus jamais. Pris d'un élan d'insouciance, tu le pousses soudainement, dans le sable, en riant. Y a bien longtemps que t'as plus été si léger, loin des poids que tu traines chaque jour.

-----------
Mo Ramos
Mo Ramos
+ avatar : higginson
+ métier/études : mo le vagabond. mo le rêveur, l'intrépide, le fauché qui cherche, cherche, cherche, la moindre personne qui voudra bien l'embaucher (trouvé).
+ habitation : il s'est acheté une tente. il dort sur la plage, en attendant d'avoir mieux (et d'avoir les sous pour ça), en priant pour ne pas se faire faucher par la police. (parait que c'est illégal)

+ bouteilles à la mer : 424

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyMer 7 Mai - 23:25

Si c'était une tentative de ricochet, c'est peine perdue. Mo, les ricochets, il en a fait des milliers sur les eaux du lac près de la maison. C'était il y a longtemps. Il a sûrement oublié maintenant. Puis, il a les mains occupés. La langue subtilisée. Subtile, usée. Râpée par le goût âpre du vin pas assez frais. Il a l'air heureux Neo. Il a l'air grand sous les étoiles, et puis si petit aussi, sous cette lune énorme. Et pour ces histoires de loup, de pleine lune, machin truc. Sa mère à lui, elle aimait croire et leur faire croire à toutes ces histoires. Pendant longtemps, il a pas su distinguer le vrai du faux. Mo baisse les yeux sur son chiot, chose blanche et duveteuse. Diablement inoffensive. Et puis, n'importe quoi. Ou t'étais là, Mo. Le vin dévale son œsophage, descend à une vitesse vertigineuse. Vertigineuse comme la sensation de tomber à la renverse, à l'infini. C'est Neo qui le pousse, qui le provoque, qui le fout par terre. Qui le fout à terre, avec ses rires et ses sourires en coin. Putain. Mo chope son bras avant de s'étaler dans le sable, en entraînant l'autre dans sa chute. Si je tombe, tu tombes. La chute est brutale, mais les rires s'élèvent dans la nuit comme une douce mélodie. Mo tourne la tête sur le côté, pour le fixer, dessiner son profil, le graver dans sa mémoire fragile. « t'as de la chance que j'ai sauvé la bouteille. j't'aurais frappé sinon, même si c'est toi » Mo n'en pense pas un mot. Allongés comme deux cons sur le sable froid, Mo se tait. Enfin. Mo qui aime bien parler pour ne rien dire, l'emmerder avec des banalités. Des insanités, le faire grimacer, l'ennuyer. Briser l'image de la perfection, creuser sous la surface de Neo. Là non. Ou presque. « tu sais que la barbe, tu la portes bien. ça te va bien d'être un hermite » C'est comme s'il se souciait plus de ce qui pouvait franchir la barrière de ses lèvres. La désinhibition. Ses pieds dégagent ses propres chaussures, pour faire comme lui. Pour faire comme si. C'est bien pieds nus aussi. « elle bien cette plage. j'vais poser ma tente ici, la prochaine fois. tu seras obligé de me supporter sans arrêt, t'es prêt ? »

-----------
la léthargie des jours nouveaux.
Neoliàn O'Guinness
Neoliàn O'Guinness
+ avatar : nicolas simoes.
+ métier/études : gardien du phare, écrivain dans l'âme, les nuits perdues à broyer l'océan noir.
+ habitation : dans une petite maisonnette, près du phare, un peu isolée.

+ bouteilles à la mer : 52

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyJeu 8 Mai - 16:54

C'est vrai que vous n'vous ressemblez pas vraiment. Pas du tout, en fait. Mo, c'est ton contraire. Il est vivant alors que t'as parfois l'air mort. Il est extraverti alors que tu t'es entouré d'une barrière de roc. Mais c'est pour ça que ça marche si bien, peut-être. Les contraires s'attirent, et Dieu sait comme il t'attire. Hein ? Bon, on va se concentrer sur l'instant présent. La voûte étoilée en guise de toit, le sable en guise de mur, elle est belle votre maison de nuit. « tu crois que j'me serai laissé faire ? » Tu sais qu'il plaisante, et toi aussi d'ailleurs. Le jour où il lève la main sur toi, c'est sûrement que tu l'auras mérité, n'est-ce pas ? Alors, tu riposteras rien. Tu lui diras amoche-moi, Mo, apprends-moi à être bien, à être mieux. Il cause alors sur ta barbe, et ça te fait sourire. « c'est vrai, ça te plait ? » Une question comme une autre, mais c'est ce qu'il vient de dire, non ? Que tu la portes bien. Que ça te va bien. Même si le mot ermite à côté cause quelques grésillements à tes oreilles. Mais tu l'acceptes. Tu remarques qu'il se met pieds nus, et ton pied à toi vient shooter un peu dans ses chaussures, pour les éloigner encore. Pour l'embêter, purement. Ou pour lui dire, fais comme moi, reste avec moi, toute la nuit. Tes iris clairs viennent se poser sur lui. Même s'il regarde le ciel, t'aimes bien voir les étoiles qui se reflètent dans ses yeux tout aussi bleus que les tiens. « tu sais que y a de la place chez moi. » Invitation détournée. Mais c'est vrai. T'as une baraque trop grande alors que t'es seul. Kenny a même sa chambre, c'est pour dire que tu pourrais accueillir d'autres personnes, sûrement. « enfin, si t'aimes trop ta tente, j'ai aussi un jardin. » fais-tu avec un sourire amusé, avant de rouler, pour atterrir contre son épaule. « donne. » que tu demandes, mais en fait, tu lui prends la bouteille sans attendre vraiment sa réponse. Ça te fait rire – allez savoir pourquoi – et tu t'étouffes à moitié en buvant. Quelques gouttes tombent dans le sable, d'autres dans les pics de ta barbe. T'entends soudain un « plouf » assez sonore, et te redresses brusquement. « il a peur de rien, ce chien ! » En effet, Kenny s'est jeté dans la mer, dans l'océan, et consciemment tu pris pour qu'il ne te le prenne pas comme les autres. Mais t'es confiant. Le chiot lui, est visiblement resté sur la berge, même s'il semble hésitant. « kenny a une mauvaise influence pour lui j'crois. tu crois que c'est pareil pour nous ? » Tu crois que je t'influence, Mo ? Que j'te tire vers le fond ? Ou est-ce que c'est toi, qui me tire vers le haut ? Tu cherches son regard, le visage visiblement très sérieux.

-----------
Mo Ramos
Mo Ramos
+ avatar : higginson
+ métier/études : mo le vagabond. mo le rêveur, l'intrépide, le fauché qui cherche, cherche, cherche, la moindre personne qui voudra bien l'embaucher (trouvé).
+ habitation : il s'est acheté une tente. il dort sur la plage, en attendant d'avoir mieux (et d'avoir les sous pour ça), en priant pour ne pas se faire faucher par la police. (parait que c'est illégal)

+ bouteilles à la mer : 424

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyJeu 8 Mai - 20:18

Oui, ça oui il la porte bien sa barbe. Tellement bien que ses doigts fourmillent douloureusement. Il a envie de l'effleurer encore, son menton piquant. « mieux que moi. moi j'ai l'air d'un mafieux à deux balles. » Un mafieux même pas crédible, en plus. Parce qu'à part la barbe -et encore, y'aurait pas grande chose d'imposant chez Mo. Ses yeux surveillent les pieds de Neo, il voit ses chaussures se remplir de sable d'ici, mais il dit rien non, même s'il le pense très fort. Mes godasses putain. Il fouille le sable avec ses orteils et il en profite pour en mettre plein sur les pieds du brun. Et puis ses mots lui gravent un grand sourire sur la tronche, qui pourrait être éternel. Au fond de ses yeux aussi, ça rit. Mo sait pas trop. Si c'est pour sa payer sa tête, ou s'il est vraiment sérieux. Mais c'est vrai qu'il aime bien être un hors la loi, poser sa tente n'importe où. Vivre dans le danger. Et quel danger, on en tremble. Alors au lieu de dire oui, ou non, il tourne à la blague. « je serai obligé de te payer. qu'est-ce que tu voudrais que j'te donne. » Il l'a pas pris au sérieux, on saura jamais si l'invitation tenait vraiment. Tant pis. « j'te payerai en nature. » qu'il ajoute, alors que l'ami lui prend le vin, qu'il ordonne presque de l'avoir, sa bouteille. Il s'en met partout dans l'empressement. Mo rit avec lui. Son regard glisse sur le vin qui glisse dans les poils de sa barbe ; il a cette drôle de pulsion qui le prend, mais qu'il laisse échapper quand le husky détourne leur attention. Il était moins une. Buddy est resté sur le sable. Mo se tourne vers l'irlandais, un demi sourire en coin caché au coin des lèvres. Neo est sérieux. Mo, pas du tout. « tu veux vraiment le savoir ? » sans attendre, il se relève et vole une dernière gorgée de la bouteille, qu'il rend à Neo. Elle est déjà beaucoup plus légère. Ses mains attrapent le bas de son t-shirt, qu'il relève par dessus sa tête. Mo s'expose au froid, à la nuit. Au regard un peu interloqué de Neo aussi. Ses chaussures sont déjà loin, reste plus que le short, c'est pas compliqué. « alors à poil l'irlandais, et le dernier à l'eau a un gage » dixit ce trouillard de première qui croit encore en l'existence des monstres marins. Le short valse dans les airs pour appuyer ses propos, atterrit quelque part dans le sable.
Mo, il voulait faire des trucs cons, des trucs idiots vraiment, se retrouver comme à dix ans. C'est gagné.

-----------
la léthargie des jours nouveaux.
Neoliàn O'Guinness
Neoliàn O'Guinness
+ avatar : nicolas simoes.
+ métier/études : gardien du phare, écrivain dans l'âme, les nuits perdues à broyer l'océan noir.
+ habitation : dans une petite maisonnette, près du phare, un peu isolée.

+ bouteilles à la mer : 52

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyJeu 8 Mai - 21:34

Quand il t'a touché le visage, t'as eu l'impression d'être électrisé, t'aurais presque envie qu'il recommence, pour voir si c'était ça ou si tu l'avais inventé. Tu tentes de te concentrer sur ses paroles plutôt que sur ses mains, pour continuer. Parce qu'il faut toujours continuer. « t'as toujours l'air d'un mafieux. » Tu le taquines, en vrai. Tu n'vas quand même pas lui dire que tu le trouves beau comme un dieu. Ça s'fait pas, il parait. Tu te mets par contre à rire franchement quand il te parle de payer. De payer en nature. Il te tend une sacré perche là, et t'as bien envie de la saisir. D'un air un peu provocateur, tu te tournes vers lui sur le côté, le coude dans le sable, la tête appuyée dans la paume de ta main. Tu cherches son regard, étudies son visage, sans gênes cette fois. Ça fait parti du jeu, du moins de ce qui te sert de couverture à cet instant-là. « en nature, vraiment ? » Soudain, tu t'interroges. Mo, tu le connais comme ta poche, et pourtant tu n'sais pas. Tu sais pas s'il aime aussi les garçons, s'il est un peu comme toi, si le sexe n'a pas vraiment d'importance. Tu devrais le savoir pourtant, non ? Tu cherches, un indice dans ta mémoire, mais rien ne te vient. C'pas vraiment le truc qu'on demande, même à un frère comme il est pour toi. Puis tout va très vite. Il est là allongé à côté de toi, et d'un seul coup il te domine de toute sa hauteur, le torse déjà nu. C'est un peu contre ta volonté, mais tes yeux passent brièvement sur son corps. Il est dingue. Et il te rend dingue aussi. Pourtant, sans réfléchir, tu cours dans sa folie, tu suis les traces de son aliénation. Tu retires ton haut, et trébuches sur ton pantalon que t'essaies d'enlever rapidement. Tu t'retrouves en caleçon, et à ton tour, tu cours derrière-lui. T'arrives pas à le rattraper, il est parti avant toi. L'eau vient bientôt mordre tes chevilles – bordel, elle est glacée en fait – mais ça ne t'arrête pas. Y a que Mo dans le viseur de tes yeux, et tu continues ta course jusqu'à pouvoir plonger la tête la première dans l'eau salée. Et tu en ressors en riant aux éclats, avalant la tasse à moitié. Tu regardes les vagues noires, t'as l'impression de baigner dans de l'encre, et une drôle de peur ancrée en toi refait surface lentement. Les yeux sérieux un court instant, tu lâches un : « t'éloignes pas, hein. » avant de lui sourire de nouveau, comme un enfant, repoussant ton instinct de survie loin derrière-toi. C'est que tu n'veux pas que l'océan te le vole lui aussi, parce qu'il t'est bien trop précieux.

-----------
Mo Ramos
Mo Ramos
+ avatar : higginson
+ métier/études : mo le vagabond. mo le rêveur, l'intrépide, le fauché qui cherche, cherche, cherche, la moindre personne qui voudra bien l'embaucher (trouvé).
+ habitation : il s'est acheté une tente. il dort sur la plage, en attendant d'avoir mieux (et d'avoir les sous pour ça), en priant pour ne pas se faire faucher par la police. (parait que c'est illégal)

+ bouteilles à la mer : 424

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyJeu 8 Mai - 22:11

Est-ce qu'il le ferait Mo. Payer son pote en nature, son meilleur pote, ce type là, qui le regarde d'un air... d'un air quoi. Bonne question, c'était une pique en l'air, mais Mo n'en connaît même pas la réponse. Alors il répond pas, il lui lance son petit défi à la noix, et il se désape. En deux temps trois mouvements, en sachant pertinemment que le brun derrière, il va en faire tout autant. Parce qu'il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. On dirait deux gosses, qui ont régressé de plusieurs années, quand ils ont le malheur de se fréquenter. Puis Mo, il a l'impression de le connaître par cœur Neo. Alors ce serait pas un peu bizarre ? Si. Si, un peu. Allez, on y pense plus. La mer l'avale, lui mord méchamment la peau. Si le sable était froid, l'eau est glaciale. Gelée. De quoi faire hurler tous ses muscles. Mo pousse un juron avant de s'immerger totalement. Buddy aboie comme un con sur le sable, sans mettre une griffe dans la mer. T'éloignes pas Mo. Non, il reste là. « de toute façon, je peux pas aller plus loin » il souffle, à mi voix, les yeux portés sur la vaste étendue d'eau. C'est viscéral, cette trouille qu'il ressent. Mo et l'océan, Mo et les grands fonds de n'importe quelle nature, ça fait deux. Au moins autant que Mo et Neo égal Un. Il siffle entre ses dents serrées, reste un instant bercé par la houle, silencieux, emporté par le silence religieux. Le froid lui a coupé la chique, on dirait. Dans moins de trente secondes, il va se mettre à trembler. Et puis il se rapproche doucement, sans faire plus de vagues qu'il n'y en a déjà. C'est con, mais il se sentirait presque capable d'aller plus loin, s'il se savait avec lui. A croire que Neo est capable d'assassiner la plus terrible des chimères. Mo retrouve son sourire, un peu fané par la mer. Quelle idée à la con sérieux. Son regard se laisse porter sur la peau claire de Neo, s'attarde sur sa gorge un instant de trop. « alors finalement t'en penses quoi. mauvaise influence ou pas ? » il demande, sourire en coin. Et il enchaîne. Mo ne perd pas le nord décidément. « j'suis désolé. mais j'crois que t'as perdu. et j'crois que j'ai le droit d'te donner un gage, pour le coup. » Un droit qu'il s'est octroyé lui-même, on va pas se mentir, ça lui fait plaisir de le prendre en traître comme ça. De le mettre à sa mercie, sans aucune pitié. A cet instant, il est prêt à le défier de se rouler dans le sable en sortant de l'eau. Mais une autre idée lui vient. Rien de traître il pense. Rien de difficile. Mo, il croit déjà tout savoir de lui. Quelle arrogance. « dis moi un secret »

-----------
la léthargie des jours nouveaux.
Neoliàn O'Guinness
Neoliàn O'Guinness
+ avatar : nicolas simoes.
+ métier/études : gardien du phare, écrivain dans l'âme, les nuits perdues à broyer l'océan noir.
+ habitation : dans une petite maisonnette, près du phare, un peu isolée.

+ bouteilles à la mer : 52

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyVen 9 Mai - 13:35

Tu sais qu'il a peur de l'océan, des grands espaces. Est-ce que t'as peur des galaxies qu'y a dans mes yeux, Mo ? Est-ce que t'as peur quand mes bras s'ouvrent en grand ? Est-ce que grand c'est déjà trop grand pour toi ? Tu fais du surplace avec tes jambes et tes bras, pour pas laisser les flots t'engloutir. Y a ta jambe qui frôle parfois celle de Mo, qui lui donne de petits coups sans faire exprès, mais tu t'excuses pas. T'es pas désolé, de toute façon. « ouais, mais en fait c'est toi la mauvaise influence, pas moi ! » fais-tu avec un grand sourire, parce que toi t'es persuadé de l'inverse, que t'es en train de le noyer, ce pauvre Mo, rien qu'en restant avec lui depuis toutes ces années. Tu bouffes de son sourire plein les dents, et ça te rend tout léger, encore plus que le sel de l'océan qui te porte à sa surface. Chaleureux, l'hôte, mais plutôt froid. Toujours d'un coin de l'oeil, tu surveilles Kenny, discrètement. T'as trop peur qu'on te le prenne aussi. Un gage ? Tu hausses un sourcil, t'attends simplement, inquisiteur, parce que de toute façon tu n'sais jamais à quoi t'attendre avec lui. Il a toujours le don de te surprendre. Il peut te demander des trucs dingues, alors t'es à l'abri de rien, mais en fait, ce qu'il te demande, c'est encore pire. C'est beaucoup plus personnel, plus intime. Mo, tu le connais par coeur, et lui aussi. Pourtant, y a certains trucs sur lesquels tu lui as toujours menti. Son visage ondule, au rythme des vagues, mais t'essaies de le fixer suffisamment longtemps. Tu jettes l'ancre de tes yeux dans les siens, dans leurs océans à eux. « ma mère n'est pas morte. » T'as toujours eu du mal à jouer jusqu'au bout. Un secret ? T'aurais pu sortir un truc con. Un truc du style « j'aime le beurre de cacahouètes » mais non, toi, t'as besoin d'être toujours dans le sérieux. Et tu vas peut-être casser l'ambiance, en balançant ça comme ça, comme une enclume. Pourtant, c'est la vérité. T'as toujours dit que ta mère était morte, il y a longtemps, quand t'étais ado, que c'était pour ça que ton père t'avait traîné sur cette île. Mais c'est pas vrai. Pourtant, en vérité pour toi, ça revient au même.

-----------
Mo Ramos
Mo Ramos
+ avatar : higginson
+ métier/études : mo le vagabond. mo le rêveur, l'intrépide, le fauché qui cherche, cherche, cherche, la moindre personne qui voudra bien l'embaucher (trouvé).
+ habitation : il s'est acheté une tente. il dort sur la plage, en attendant d'avoir mieux (et d'avoir les sous pour ça), en priant pour ne pas se faire faucher par la police. (parait que c'est illégal)

+ bouteilles à la mer : 424

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyVen 9 Mai - 15:02

Ça il veut bien le croire, que la mauvaise influence, elle vient tout droit de Mo, Mo l'imprudent. L'insouciant, le grand enfant. « t'en doutais ? » et il éclate de rire. Comme si Neo le sérieux pouvait l'influencer dans le mauvais sens. Au fond de lui, ya un truc qui gronde en même temps que son rire, une sensation pas définie, sans contours. C'est vague, ça brûle. Il y pense pas tant que ça non, mais c'est bien là. Et si c'est là, c'est seulement à cause de Neo. Neo à qui il demande un secret. Rien que ça. Il aurait pu l'envoyer chier tout simplement, qui il est pour lui sortir des vérités comme ça, toutes crues, sans rien en retour. Son sourire se fane lentement. Mo a toujours entendu que sa mère était morte. Qu'il était ici à cause de ça, justement. Pourquoi tu m'as menti, Neo. « oh... j'suis désolé » il souffle, un peu assommé par la nouvelle. En général, on dit qu'on est désolé quand la personne est morte, pas quand on apprend qu'en fait, elle est bien vivante. Pourtant un si gros secret, ça a forcément une bonne raison d'être. Alors qu'elle soit en vie, c'est p'tetre pas mieux qu'autre chose tout compte fait. Il a des gouttes d'eau salées qui lui gouttent sur le visage, dans les yeux. Il a le nez en feu à cause de cette foutue eau de mer. Mais Mo ne pense qu'à Neo. Complètement désemparé. Il sait pas quoi dire, il a pas envie de demander les détails d'un coup. En fait, il a déjà l'impression d'avoir taillé son intimité à grands coups de hache. Quel con, Mo. « pardon » Pour avoir été stupide à ce point. Alors un peu bêtement il lui prend la main, comme tout à l'heure, en claquant des dents comme un imbécile ; il serre ses doigts, en espérant que ça suffira. En espérant qu'il l'enlèvera pas. Ya une foule de questions qui se pressent dans sa tête mais pour une fois, il les garde pour lui -pour l'instant. Ouais, ya une première fois à tout. Une première fois à la délicatesse. « j'ai les orteils qui gèlent, Neo » Pour dire, il sent même plus quand leurs jambes se frôlent. Et son imagination dépasse tout entendement. Il s'imagine déjà traîné dans les fonds marins par une pieuvre géante. Et ça, ça le déconcentre, quand il faut être sérieux, quand on veut ouvrir grand son cœur pour entendre les secrets les mieux gardés.

-----------
la léthargie des jours nouveaux.
Neoliàn O'Guinness
Neoliàn O'Guinness
+ avatar : nicolas simoes.
+ métier/études : gardien du phare, écrivain dans l'âme, les nuits perdues à broyer l'océan noir.
+ habitation : dans une petite maisonnette, près du phare, un peu isolée.

+ bouteilles à la mer : 52

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyVen 9 Mai - 15:21

Mo semble avoir pris une enclume sur le crâne. Quoi, ça te surprend tant que ça, Mo ? Tu m'prends pour un gars trop bien. T'as trop confiance en moi, et moi j'ai pas assez confiance. Ni en moi, ni en les autres, ni en le monde. Sauf en toi. Ouais, j'ai confiance en toi. Tu laisses peser le silence, même s'il est lourd, celui-là. Tu le regardes, tu quêtes ses réactions. Il s'excuse. Pourquoi ? C'est à toi de t'excuser. Pour lui avoir menti, depuis tout ce temps. Mais qu'est-ce que ça change, au fond ? Pour elle, t'existes pas. Morte ou vivante, elle n'sait même pas ton nom. Rien de tout ça. Tu secoues la tête, en muet, les lèvres closes, mais pour lui dire : t'en fais pas, c'est rien, on s'en fiche. Mais tu ne réponds rien, de peur de paraître trop insensible. En vérité, c'est toujours un truc qui te cloue au sol, parler de ta mère. Puis d'un coup, y a un truc qui t'attrape la main. Au début tu crois à une algue, et tu menaces de retirer ton bras de l'eau d'un seul coup, mais tu sens ses doigts timides serrer les tiens. Comme un pansement. Comme c'que le temps est incapable de faire. Et d'un coup, ça va mieux. Putain Mo, comment tu fais ? Donnes-moi ton secret. Comment tu fais ? Parce que toi tout seul, t'y arrives pas. Alors, tu serres ses doigts. On croit que tu t'en dégages un instant, mais c'est pour mieux serrer sa main toute entière, et tes doigts se faufilent entre les siens, pour s'y entremêler. Sans mot dire. Parce que t'as rien à dire, parce qu'aucun mot ne serait assez fort. Aucun ne conviendrait vraiment. Puis sa voix te ramène sur terre, ou plutôt dans l'eau. Tu commences à claquer des dents. « viens. » De toute façon, t'oserais pas te retourner sans l'emmener derrière-toi. Tu siffles Kenny, mais en fait, t'aperçois qu'il a déjà rappliqué sur la berge, où il s'ébroue, près de Buddy. Puis qui lui fait des léchouilles, pour le sécher. Pourquoi c'est pas aussi facile que ça, entre deux êtres humains, hein ? Tu l'attires derrière-toi, tu lâches pas sa main, te retournes même fréquemment pour t'assurer qu'il est toujours là. Enfin, le sable sous tes pieds se rapproche, tant et si bien que le niveau baisse. À l'air libre, il fait encore plus froid, et t'aurais le réflexe de t'entourer de tes deux bras si t'avais tes deux mains libres, mais c'est pas le cas. Et tu n'veux pas lâcher la sienne, alors tu t'y accroches, accélères le pas, vas attraper ton t-shirt sur le sol. Tu le secoues, fais tomber les grains de sable, avant de te tourner vers Mo. Face à lui, t'as l'impression à la fois que c'est ta moitié et un inconnu. Quasiment de la même taille, on voit seulement dans ses yeux enfantins qu'il a un an de moins. Tu respires fort. Plus fort que d'habitude, on va dire. Tu t'humectes les lèvres, qui piquent à cause du sel. « attends, laisse-moi... » Tu finis pas ta phrase, mais tu lui lâches la main. À la place, t'attrapes le t-shirt sec avec les deux, avant de le contourner pour sécher son dos trempé. Comme on prendrait soin d'un enfant. Comme on charmerait un amant. Tu le tapotes doucement, la gorge soudainement très sèche et lourde à la fois.

-----------
Mo Ramos
Mo Ramos
+ avatar : higginson
+ métier/études : mo le vagabond. mo le rêveur, l'intrépide, le fauché qui cherche, cherche, cherche, la moindre personne qui voudra bien l'embaucher (trouvé).
+ habitation : il s'est acheté une tente. il dort sur la plage, en attendant d'avoir mieux (et d'avoir les sous pour ça), en priant pour ne pas se faire faucher par la police. (parait que c'est illégal)

+ bouteilles à la mer : 424

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyVen 9 Mai - 16:40

On dirait des enfants. On dirait des amants. Mo serre les doigts, fort. Ça lui serre le cœur par la même occasion tiens. En silence, il réfléchit. Et si. Le sol sous ses pieds lui fait un drôle d'effet lui aussi. On dirait qu'il n'y a plus rien de normal. Le sang qui bat à ses oreilles, sa peau froissée par le sel. Jusqu'à ce contact pourtant si anodin de leurs deux mains. Et puis ce froid, bordel, qui les assaille à la sortie de l'eau. Mo jure en silence. Il l'aurait bien fait à haute voix, comme d'habitude. C'est cette drôle de tension dans l'air qui le retient de le faire. C'est drôle cette situation. C'est curieux cette sensation. Mo se laisse faire, en songeant au pauvre t-shirt mort sur sa peau à l'instant même. Imbibé d'eau salée. Mo qui sent son visage s'enflammer, qui passe une main dans ses cheveux détrempés en écoutant son cœur s'emballer. A quel moment ça a changé. A quel moment ont-ils dérapé. Où est-ce que tu t'es planté, Mo. Sa main passe dans son dos, stoppe celle de Neo et attrape le t-shirt. « tu crois pas que courir autour de l'île jusqu'à ce qu'on soit secs, ça aurait été aussi efficace ? » il rit à mi voix, avant de se retourner. Le bout de tissus finit sur l'épaule du brun et de ses deux mains, il entoure le cou de l'irlandais avec le t shirt, l'emprisonnant avec ce vêtement. Rapproche toi Neo. Assez pour que j'puisse détailler le moindre de tes traits. Graver toutes ces lignes dans mon esprit. Pourquoi c'est la première fois qu'il le remarque dites, que Neo est certainement un des types les plus beaux de cette planète. Mo se rend compte qu'il y a eu une ligne de franchie dernièrement. C'est indéniable, et puis il fait rien pour arranger ça, lui, qui s'avance dangereusement jusqu'à lui voler ses lèvres une fraction de seconde. Fugace, piquant, salé. Vif. Une foule de sensations qui se pressent au bout de ses lèvres, qui lui courent le long de l'échine. Et puis c'est fini. Mo se recule, un peu précipitamment peut-être. Parce que c'est seulement après coup qu'il réfléchit vraiment. Qu'il se demande s'il a pas commis la plus grosse connerie de son existence. Pour Mo, c'est toujours simple normalement. Embrasser n'importe qui, n'importe quand, simplement parce que l'envie lui prend. Tomber amoureux de cette fille en un battement de cil, parce qu'elle a ce pli joli au coin des yeux. Mais Neo, lui. Il avait pas le droit. Qu'est-ce qu'il en sait lui, qu'il va pas se barrer en courant après ça. Ce serait tellement con.

-----------
la léthargie des jours nouveaux.
Neoliàn O'Guinness
Neoliàn O'Guinness
+ avatar : nicolas simoes.
+ métier/études : gardien du phare, écrivain dans l'âme, les nuits perdues à broyer l'océan noir.
+ habitation : dans une petite maisonnette, près du phare, un peu isolée.

+ bouteilles à la mer : 52

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptySam 10 Mai - 9:51

Enfant, amants, y a pas grandes lettres qui changent vraiment. Et toi, t'as oublié où se situe la frontière entre les deux. Et tu t'en fiches. Il parle, mais t'as du mal à l'écouter vraiment. T'as fixé ses lèvres qui bougeaient un peu trop longtemps. Y a un truc qui cloche dans ton cerveau, Neo. Un truc qui tourne pas rond. « peut-être. » Peut-être que quoi ? On n'sait même pas de quoi tu parles finalement, Neo. Peut-être que oui, ça aurait été aussi efficace, Mo. Peut-être aussi que j'avais juste envie de te toucher. Peut-être que j'ai surtout envie de t'embrasser là d'un seul coup, et que j'comprends pas pourquoi. Et que ça m'fait peur, tu sais, parce que je veux pas tout gâcher. Et quand tu finis de le sécher, c'est lui qui prends le relais. Tu l'espérais un peu, sans vraiment te l'avouer clairement. Mais quand le linge passe derrière ta nuque, tu t'arrêtes de respirer. De vivre. Même la terre, elle s'arrête de tourner, t'es sûr. Tu fais un pas en avant. Détailles les moindres traits de son visage dans la nuit. Est-ce que c'est l'alcool ? Forcément. Il faut toujours un coupable, c'est bien plus simple. Mais deux gorgées, Neo, vraiment ? T'envoies ces questions indiscrètes très loin dans ta tête, d'un coup de pied mental. Pour te concentrer sur Mo. Sur ses cheveux mouillés dans lesquels t'as envie de passer ta main. Bordel. Juste au moment où tu te dis qu'il faut que tu te reprennes, il t'embrasse. C'est tellement fugace, comme un baiser de cour de récré, que t'as à peine le temps de comprendre et de savourer, de t'en rendre compte, même. Mo s'est déjà enfuit. Est-ce qu'il a peur, comme toi ? T'as le coeur qui reprend un rythme effréné d'un seul coup, comme s'il n'avait plus battu comme ça depuis... longtemps. Alors, tant pis pour les frontières. Pour la voix qui crie dans ta tête : fais pas ça, Neo, fais pas ça. Tu t'avances de nouveau, et ta main se glisse à la base de sa nuque. Comme pour lui dire : cette fois, tu t'en vas pas. Me laisse pas, Mo, me laisse pas tout seul. Tes lèvres s'approchent de nouveau, mais au dernier moment, tu te figes. Qu'est-ce que tu fous, bordel ? Bon, à cinq centimètres de lui, c'est un peu con comme question, tu trouves pas Neo ? Ta conscience hausse les épaules à ta place, et tu lui voles un nouveau baiser. À peine plus long que le précédent, juste pour retrouver la sensation vite envolée. Ta respiration se mêle à la sienne, l'épouse, avant de s'échouer sur son épaule, parce que tu te décales un petit peu. Surtout, ne pas être sérieux. Neo, fais pas le con, ramène pas ton sérieux ici, ne déballe pas tes questions. T'as pas envie d'y répondre, t'façon. « il fait froid. » que tu lances alors avec un sourire, amusé. C'est pas avec un sous-entendu, c'est surtout que t'es toujours mouillé, c'est vrai, et qu'il fait pas chaud, du coup, dans ton caleçon trempé. Tu te reconnectes un peu à la réalité, t'entends les chiens qui se glapissent dessus, et tu lui souris. Tout simplement.

-----------
Mo Ramos
Mo Ramos
+ avatar : higginson
+ métier/études : mo le vagabond. mo le rêveur, l'intrépide, le fauché qui cherche, cherche, cherche, la moindre personne qui voudra bien l'embaucher (trouvé).
+ habitation : il s'est acheté une tente. il dort sur la plage, en attendant d'avoir mieux (et d'avoir les sous pour ça), en priant pour ne pas se faire faucher par la police. (parait que c'est illégal)

+ bouteilles à la mer : 424

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptySam 10 Mai - 17:30

Le cœur s'est perdu, arrêté. Déchu, à l'instant même où leurs lèvres se sont touchées. C'était rien du tout. A peine le temps d'en profiter. Mo se dit que c'est trop tôt pour ça. Qu'il faut déjà réaliser ce qui vient d'arriver. Basculer tout entier de ce côté de la barrière, tirer un traits sur tout ce qu'il croyait intangible. Et puis quand ses pensées recommencent à s'emballer, à le parasiter de toutes part, il y a sa main qui se pose dans sa nuque. Qui l'électrise. Mais moi, je pensais que t'en voulais pas. Je croyais que t'allais plus jamais pouvoir me toucher. Que t'allais t'en aller. M'laisser seul avec ce fatras de questions. Au lieu de quoi, son visage se rapproche encore une fois, et puis s'arrête. Son esprit a pris la tangente, il se sent incapable de penser à rien, soudain. Surtout à ce qui risque d'arriver encore une fois si Neo poursuit son geste. Il hésite, et Mo se sent flancher, prêt à reculer. A dire, tant pis, on y pense plus. Pas loin de s'excuser aussi. Ses yeux courent de ses lèvres aux iris bleutés, si proches, et puis. Deuxième contact, comme si Neo avait finalement rejeté tout ce qui l'avait fait hésiter. C'est bref encore une fois, trop bref, il se sent l'envie de le prolonger ce baiser. Mais c'est déjà envolé, ne reste plus que cet infime souffle sur sa peau, qui lui file des frissons, une putain de sensation. Mo se recule. C'est trop, trop pour moi Neo. Pour l'instant, même si, paradoxalement, tout ce dont il a envie là maintenant, c'est de ne plus jamais décrocher. Il fait froid fait-il. Il rit brièvement, secoue encore ses cheveux. « je sais. c'était con comme idée, j'suis désolé » Sourire inébranlable, pour répondre au sien. Mo part ramasser son short et l'enfile rapidement. Mo anesthésié. Même le froid ne l'atteint plus, c'est dire. Et pourtant il est prêt à parier que ses orteils sont prêts à tomber. Il part récupérer ses godasses qui traînent un peu plus loin, il les prend à la main et se tourne vers Neo. « on rentre ? » rentrer où, Mo ? Pour se les geler en haut du phare ? Mais lui il s'en fout de crever ce soir. D'une pneumonie ou de ce trop plein d'euphorie. Qui le paralyse. Au fond de lui, subsiste une once de doute, de 'et si', de 'mais' et de 'pourtant'. Les deux clebs ont l'air de piger eux aussi, que l'froid d'ici, ça peut plus durer. Ils galopent et convergent vers le phare. Mo ramasse son haut qui traînait encore au sol, et puis il attend. De savoir ce que fait le brun. De savoir tout court.

-----------
la léthargie des jours nouveaux.
Neoliàn O'Guinness
Neoliàn O'Guinness
+ avatar : nicolas simoes.
+ métier/études : gardien du phare, écrivain dans l'âme, les nuits perdues à broyer l'océan noir.
+ habitation : dans une petite maisonnette, près du phare, un peu isolée.

+ bouteilles à la mer : 52

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyLun 12 Mai - 18:33

Il est désolé. Mais toi tu l'es pas, c'est ça le pire, sûrement. T'es loin d'être désolé. Sûrement pas pour le baiser. Il est désolé. Mais désolé pour quoi, Mo ? Oui, c'était con comme idée. Putain, quel idiot tu fais, Neo. Il regrette, ça se voit non ? En même temps, c'est normal. Faut pas se faire trop d'illusions, Neo. Qui voudrait bien de ça ? De toi ? Quand il part, t'as peur qu'il ne s'enfuit pour toujours. Vraiment peur, tellement que ça te prend aux tripes. Ça te donne un espèce de mal de ventre terrible, une anxiété qui te file des crampes d'estomac. Et tu restes là, prêt à devenir un stalagmite, mais il revient. Ça te réchauffe déjà. Tu te détends, et vas chercher tes affaires aussi. Tu te rhabilles, sauf le t-shirt – trempé. Sa question te désarçonne un peu. Il veut venir, avec toi ? Il a dit « on », pas « je ». Ça te file un frisson. Un frisson chaud. « ouais, viens. » Et t'attrapes sa main, comme ça, comme une impulsion. Et tu le regardes même pas. Tu préfères pas, parce que tu sais pas vraiment, en fait. Ce qu'il pourrait lire dans ton regard. S'il y a de l'espoir ou de la honte. Des étincelles ou de la peur. « kenny, ramène-toi ! » que tu cries contre le vent, avant de voir les chiens filer devant. Il sait où t'habites, pas très loin du phare, tu n'te fais pas de soucis pour lui. Tes cheveux gouttent sur tes épaules nues, et tu te mets à grelotter. Tu serres ses doigts, avant de presser le pas. C'est devant la porte de la maison que tu te tournes vers lui. Sous le porche, éclairé par le clair-obscur de la lune. Mais t'as pas lâché sa main. Ni ton idée. « tu veux entrer ? » Après-tout, tu lui as dit y a quelques minutes – ou heures, on sait plus trop – que t'avais de la place chez toi. Qu'il pouvait rester. Pour cette nuit, ou pour toutes celles qui suivront. Tu cherches son regard, mais t'as comme l'impression qu'il est à contre-jour de la lune. Que les étoiles le transportent au zénith de la galaxie qui s'emmêle dans ton crâne. Merde, c'est quand même pas le vin. D'ailleurs, tu n'sais même pas où est cette foutue bouteille. Y avait quoi, dedans, pour te mettre dans un état pareil ? Tu louches un instant sur ses lèvres. Neo, arrête, bordel.

-----------
Mo Ramos
Mo Ramos
+ avatar : higginson
+ métier/études : mo le vagabond. mo le rêveur, l'intrépide, le fauché qui cherche, cherche, cherche, la moindre personne qui voudra bien l'embaucher (trouvé).
+ habitation : il s'est acheté une tente. il dort sur la plage, en attendant d'avoir mieux (et d'avoir les sous pour ça), en priant pour ne pas se faire faucher par la police. (parait que c'est illégal)

+ bouteilles à la mer : 424

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. EmptyVen 16 Mai - 13:59

Et dans ce silence, les doigts emmêlés aux siens, Mo se pose enfin des questions. Ce genre de question qu'il n'a jamais aimé se poser. Le genre qu'il trouvait futile, dénué de sens, d'intérêt. Ça le prend là, au ventre, alors qu'ils font le trajet en silence jusqu'à la maison de Neo. Je croyais qu'on retournait au phare. D'ailleurs, il a laissé son sac là haut, et puis la bouteille, quelque part sur la plage, oubliée dans le sable, dans l'agitation. Agitation mentale surtout. À le voir comme ça, Mo est tout à fait serein, ses chaussures et son t-shirt ensablé dans une main et celle de l'irlandais dans l'autre. A l'intérieur pourtant, tout a foutu le camp. Encore, toujours, ces foutues questions, qu'il brûle de poser, mais Mo, il a beau parler beaucoup, c'est pas son truc tout ça. Mettre des mots là où il faut. Se montrer un peu sérieux une fois dans sa vie. Et ça lui brûle les lèvres pourtant. Neo, mais où on va comme ça. Qu'est-ce qui nous arrive dis. Ce qu'il souhaite lui, c'est de savoir le fond de sa pensée au brun juste à côté. Mais faudrait déjà connaître le fond de la sienne. Ce serait un bon début, tu crois pas ? Et déjà, alors qu'il n'a pas eu le temps ne serait-ce qu'essayer de mettre de l'ordre dans ses pensées, ils sont déjà arrivés. Sur le pas de la porte. Prêts à franchir l'entrée, et lui, il a comme l'impression que cette maison n'est rien d'autre que la foutue métaphore de ce qui s'est passé sur la plage. Mo est presque prêt à reculer, intérieurement tétanisé. Et pourtant, il esquisse un sourire. « ton invitation tient toujours alors ? » il lui souffle, sur le ton de la blague. Dans le fond, en observant ce visage éclairé par la lune, Mo sait qu'il a terriblement envie de passer le pas de la porte. De franchir le pas, d'envoyer balader ses doutes. Ouais, j'veux entrer dans ton cœur, une bonne fois pour toute. « j't'avoue que je serais pas contre un peu de chaleur là. alors je veux bien » il rit, la peau glacée, la nuque toute contractée. A l'intérieur, il fait une douce température, et ses tremblements reprennent de plus belle, avec cette différence flagrante de thermostat. Il jette ses pompes au sol, près de la porte, et la porte claque. Les laissant seuls, dans le noir. Toi et moi, Neo. Pourquoi c'était pas bizarre avant. Pourquoi j'avais pas cette foutue envie de t'embrasser, de te voler pour la nuit, pour la vie. Il a le cœur qui bat fort soudain. Comme si le palpitant avait compris avant lui. Mais Mo n'ose pas. Mo n'ose plus. Mo perdu. Ses doigts n'ont pas quitté sa main, et ce simple contact le réconforte. Un peu. Suffisamment, il se dit. « neo... c'était comment avec ce gars, celui avec qui t'es sorti ? » il demande d'une voix blanche. Et puis il s'approche, il fait un pas vers lui. Mo voudrait lui expliquer que lui, ça lui est jamais arrivé un truc comme ça. Cette émotion qui le prend aux tripes quand il quitte sa main pour entourer son visage. Curieuse sensation, cette barbe de trois jours qui froisse sous ses doigts. Mo lui, il a seulement l'habitude des lèvres féminines, des joues glabres. « j'ai jamais fait ça tu sais. » Il y a des baisers, par milliers, qui parsèment sa mémoire. Et pourtant, il ne se rappelle pas avoir jamais ressenti ça. Cette sensation d'importance. D'urgence, en joignant ses lèvres aux siennes, avec bien plus de conviction que la première fois. Embrase-moi.

-----------
la léthargie des jours nouveaux.

Contenu sponsorisé

(mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty
MessageSujet: Re: (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil.   (mo) t'as tout, mais tu n'as pas sommeil. Empty

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONASSIS :: RPG - les alentours :: le phare-